Charles Michel aspergé de mayonnaise et de frites au Cercle de Wallonie: les quatre femmes ont été relâchées (photos + vidéos)

Alors qu’il devait s’exprimer devant le Cercle de Wallonie, à Namur, ce lundi midi, le Premier ministre Charles Michel (MR) a été aspergé de mayonnaise et de frites par quatre filles à son entrée dans la salle. Elles ont crié « Austérité dehors, Charles Michel dégage » avant de s’enfuir. Elles ont toutefois été interpellées quelques minutes plus tard.

<br /><br /><br />
Quatre jeunes femmes ont réalisé un «<br /><br /><br />
attentat à la frite<br /><br /><br />
» sur le Premier ministre.<br /><br /><br />

Belga/Laurie Dieffembacq

Quatre jeunes femmes ont réalisé un « attentat à la frite » sur le Premier ministre.

Les quatre femmes ont rapidement été évacuées alors que Charles Michel est allé se changer avant de bien réaliser son discours, comme prévu dans le programme du Cercle de Wallonie. Elles s’étaient fait passer pour des étudiantes en journalisme de l’UCL pour être acceptées dans le Cercle de Wallonie. Elles avaient leur badge et s’étaient authentifiées avec les noms sous lesquelles elles s’étaient inscrites. La jeune femme qui avait effectué les réservations par mail est Marine. Elle était accompagnée de Florence, Faye et Morgane. Un garçon était aussi inscrit mais il ne s’est pas présenté.

 

Elles portaient un manteau, dissimulant leur t-shirt sur lequel était écrit « Austérité dehors, Charles Michel dégage ».

Selon nos premières informations, les quatre jeunes femmes seraient liées au mouvement LilithS, composé d’anciennes membres du groupe féministe FEMEN. Sur la vidéo ci-dessous, on voit trois de ces jeunes femmes, reconnaissables à leur t-shirt noir et l’inscription « Charles Michel dégage », s’échapper du bâtiment.

 

Dans un communiqué, le mouvement des LilithS a affirmé que «le modèle social est détruit au nom d’une compétitivité absurde qui laisse le bien-être de la population à la porte des ministères».

«Au peuple belge on ne laisse que les frites sauce austérité. C’est pourquoi nous jetons à leur visage le symbole d’une Belgique qu’ils démantèlent», ajoutent ces militantes. «La Belgique se portait mieux sans gouvernement. Michel dégage», lancent-elles, en prévenant: «Nous sommes multiples. Nous surgirons de l’espace public dans vos sphères de pouvoir chaque fois que cela sera nécessaire».

La police a identifié la plaque d’immatriculation de la voiture dans laquelle ont été aperçues les jeunes femmes. Elles ont été interpellées quelques minutes plus tard par la police puis relâchées vers 15h00. Charles Michel a annoncé de son côté qu’il ne porterait pas plainte contre les quatre femmes du mouvement.

Charles Michel a repris son discours vers 13h10, avec humour : « Excusez-moi, je sens un peu la mayonnaise ».

La question de sa sécurité a été posée lors de la conférence de presse mais il a préféré ne pas faire de commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *